ON STREET PHOTOGRAPHY and other life changing events

KNUT SKJÆRVEN/PHOTOGRAPHER/WRITER/RESEARCHER

Voir ou Regarder / New Street Agenda / CARNET D’ETUDES #7

At the Gallery © Knut Skjærven

At the Gallery © Knut Skjærven

CARNET D’ETUDES #7

La trame de ce carnet d’études repose sur la phénoménologie. En tant que fil conducteur et attitude face à la vie. Et dans certains cas, en tant que technique.

La phénoménologie est avant tout une méthode. Une méthode descriptive.

Il faut distinguer radicalement l’attitude naturelle de ce que l’on peut qualifier d’attitude phénoménologique ou transcendantale.

Pour passer de l’une à l’autre, il vous faut figer l’instant dans votre esprit, le mettre entre parenthèses et l’analyser. Tout comme le photographe qui fige dans une image un instant dans lequel vous pourrez vous plonger pour l’analyser, l’étudier sous l’angle que vous souhaitez et, vous abandonner à sa contemplation, lorsqu’il est des plus heureux.

Nous distinguerons ces deux attitudes dans le programme de la nouvelle photographie de rue. Pourquoi ? Parce qu’elles sont des outils importants aussi bien lors de la prise d’une photographie que dans l’étude de celle-ci.

Si l’attitude naturelle consiste à jeter un coup d’œil, à voir, l’attitude phénoménologique consiste à regarder.

Vous pouvez jeter un coup d’œil à un objet, le voir, pour des raisons pratiques tout en étant occupé à autre chose.
En revanche, regarder exige que vous consacriez toute votre attention à ce qui est sous vos yeux.
Et cela est aussi bien valable pour la réalité qui vous entoure que pour une photographie.

Regarder repose sur le désir d’appréhender les relations entre les objets visuels et de comprendre le langage visuel.

Ce qui n’est pas le cas lorsqu’on jette un coup œil. Ce coup d’œil est jeté pour d’autres raisons. Le photographe révèle les choses grâce la lumière.
Il comprend, ou cherche à comprendre, les éléments visuels qu’il observe et applique à la photographie la connaissance apportée par la phénoménologie.
Le photographe REGARDE et RÉVÈLE.

Celui qui ne fait « que prendre une photo » sans intention, ne comprend pas les éléments visuels qu’il a sous les yeux. Ou il n’a simplement pas les capacités, le désir de les comprendre et d’utiliser cette connaissance.
Il ne sait et/ou ne souhaite que VOIR et ne RÉVÈLE rien.

A propos, la photographie accompagnant cet essai est un exemple illustrant le chapitre « POUR QUAT’ SOUS DE PHOTOGRAPHIE ».
Je pensais qu’il était intéressant de le mentionner ici.

Ce chapitre est une ébauche du Programme de la Nouvelle Photographie de Rue.

Un atelier de photographie de rue lié à ces thématiques notamment aura lieu du 12 au 15 juin 2014.
Pour plus d’informations : mail@theuropeans.eu.

Bonne chance dans la mise en œuvre de ce facteur dans vos photographies.

© Knut Skjærven. Tous droits réservés. 10/01/14 – Traduit par Elisabeth Maurice.

LIEN A L’ARTICLE ORIGINAL:
https://knutskjaerven.wordpress.com/2014/01/10/glancing-or-seeing-new-street-agenda/

If you are interested in New Street Agenda you might also take an interest in the workshop to be held in Berlin, June 123 – 15, 2014

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on March 9, 2014 by in French Translations, New Street Agenda, The Workbook and tagged , .

barebones communication

Berlin Black And White

Street Photographer’s Toolbox

At The Gallery © Knut Skjærven

The Europeans

Just In Time © Knut Skjærven

Phenomenology And Photography

© Knut Skjærven

The EDGE

© Knut Skjærven

%d bloggers like this: